Dans cette page se trouvent :

Engagement de Juliette R 2013

IMG_0756.JPG
J'ai souhaité faire mon engagement chef aujourd'hui pour plusieurs raisons.
Je vais commencer par le début de ma vie scoute. Quand j'étais plus jeune  j'ai été louveteaux puis scouts. J'ai ensuite arrêté car le groupe n'existait plus vraiment dans le village d'où je viens. J'en garde de très bon souvenir : dormir dehors, vivre dans la nature et s'amuser dans n'importe quelles conditions !

L'année dernière je suis arrivée sur Grenoble pour mes études. J'ai eu l'envie de reprendre les Scouts en tant que cheftaine. Je voulais pouvoir revivre dans la nature et m'occuper de jeunes.
Première étape : Je suis donc arrivée ne connaissant personne dans le groupe, et presque personne sur Grenoble. Je me souviens arriver sur le parking de Saint Pierre pour le week-end de rentrée, premier contact :  les anciens et nouveaux RGL connaissent mon prénom ! J'ai été très bien accueilli par tous avec des grands sourires et cela m'a beaucoup marqué.

Deuxième étape : la rencontre avec les chefs et surtout les scouts !  On peut passer par des moments pas toujours faciles avec les jeunes mais à la fin d'une sortie ou d'un week-end on repart qu'avec les bonnes choses. J'ai en souvenir des petites perles qui sortent de nul part, et c'est cela qu'on retient d'un week-end et qui efface toutes les difficultés qu'on a pu avoir !

Troisième étape : J'ai eu l'occasion de commencer à me former avec une semaine de BAFA au Breuil sous -10°C à manger, faire la vaisselle et dormir dehors ! Je me suis beaucoup amusé à vivre comme nos scouts pendant les camps : les grands jeux, repas en équipage, se rouler dans la boue ! Expérimenter la vie d'un scout a renforcé ma volonté de continuer en tant que cheftaine. Car cela m'a tellement plu que je souhaite permettre aux jeunes de vire ça.

Quatrième étape :  le camp de cet été. Premier camp pour moi ! 10 jours de beau temps, de bon sommeil, de joies avec les scouts ! Vivre dehors tout le temps, partager des moments avec les uns et les autres et les voir rire aux éclats, les voir affronter quelques difficultés avec brio ! On les a aussi vu progresser et petit à petit mûrir pendant les deux semaines.

Cet été nous avons aussi vécu tous ensemble le jamborée  "Vis tes rêves". Là j'ai vraiment vu la dimension nationale, voir internationale des scouts. Ca a été une expérience vraiment marquante. On en repart plein de rêves dans la tête et sur motivé pour l'année à venir. C'est aussi dans ces rassemblements qu'on peut voir la dimension internationale des scouts. J'ai vraiment eu l'impression d'appartenir à une immense communauté.
En rentrant je me suis dit : j'ai eu la chance de vivre tous ces moments avec les scouts, il faut les partager et permettre à d'autres jeunes de pouvoir vivre des grands rassemblements comme le Jamborée, les réunions du samedi ou des semaines de camps.

Cet été je pars aux JMJ à RIo et le message est tiré de l'Evangile de Matthieu "Allez ! De toutes les nations faites des disciples ! ". Par mon engagement aujourd'hui je veux répondre à l'appel et confirmer ma volonté de donner la possibilité à tous de vivre ce que nous vivons chez les scouts.
C'est pour tout cela que j'ai choisi aujourd'hui de rendre officiel mon engagement au sein du mouvement des Scouts et Guides de France.

Donc je m'engage envers tous les jeunes, pour leur faire comprendre qu'on peut réaliser ses rêves. Et je veux faire partie de ces chefs et cheftaines pour qui essayent de mettre tous les moyens à leur disposition.
Et je m'engage aux côtés de Dieu qui nous accompagne tout au long de notre chemin scout. 

Alors merci beaucoup d'être présent aujourd'hui afin d'être des témoins de mon engagement et de me soutenir dans cette démarche.

Juliette Royer, La Bastille avril 2013  -- des photos

Engagement de Sybille 2013

IMG_0756.JPG













Elisabeth Week-end groupe - avril 2013

Engagement de Sybille 2013

IMG_0756.JPG
J'ai décidé de m'engager aujourd'hui. Pour arriver jusqu'ici, je me suis posée
des questions, notamment comment j'ai fait pour parvenir jusqu'ici.
Un jour de rentrée des classes, Lisa, une amie, est venue me voir en me
proposant de faire de l'animation pour des louveteaux seulement une ou deux séances
le temps qu'ils trouvent des chefs. Ayant déjà, à ce moment-là, de l'expérience en
animation et avec aucune volonté d'engagement, j'accepte de dépanner.
La description qu'elle m'a faite des louveteaux était « ce sont des petits monstres bruyants, qui sautent de partout, insupportables mais ça leur arrivent d'être sympas tu verras ». Mais cela ne m'a pas fait reculer.
A la fin de la première séance, j'ai reçu un foulard, à la fin de la seconde, une
chemise orange et plus de trois ans plus tard je suis encore là devant vous.
Je suis partie au départ avec pleins d’à priori sur les scouts : gros cathos, ce
sont des gens bizarres, sectaires … mais finalement j'ai découvert une pluralité, des
gens normaux (ou alors c'est moi qui suis plus bizarre qu'eux) et ouverts.
Pour mois le scoutisme est une grande maison où il y a toujours de la place pour
y poser ses valises, où tout le monde est accepté et ses membres, tous uniques, mais
qui forment une grande famille (où que l'on soit) et à ce titre, je ne dirais pas que je
suis rentrée chez les scouts mais plutôt que les scouts sont rentrés chez moi et que
je ne les ai pas laissé repartir.
Être chef scout, c'est être fatiguée à la fin d'un week-end mais heureuse de
voir que les enfants se sont amusés, c'est en donner toujours plus sans savoir d'où
sort toute cette énergie, c'est aussi les voir évoluer.
Si je m'engage aujourd'hui, assez tardivement, c'est que j'ai réussi à y trouver
ma place et me sentir un peu comme chez moi. M'engager c'est accepter de rentrer
dans cette grande famille.

Sybille Fotso Avril 2013 - 2013_Sybille_engagement.pdf
Textes prononcés en plus : Une flamme en moi et Hymne à la vie

Engagement de Timothée 2009

Pour commencer, laissez moi vous expliquer comment je suis arrivé chez les scouts et les guides. Je suis de la région Pays de Loire, de Laval, juste avant la Bretagne, et quand j’étais enfant, jeune, j’aurais pu devenir scout facilement.
Mon grand frère était entré aux louveteaux et il a continué dans toutes les tranches d’âge.
Moi, je ne voulais pas y aller parce que je ne voulais pas faire comme mon grand frère et puis parce qu’ils avaient l’air un peu bizarre avec leurs chemises de toutes les couleurs !
Je ne voulais vraiment pas y aller aux scouts, et puis un jour… quand j’avais 17 ans, j’ai fait une pièce de théâtre avec des jeunes de mon âge, c’était pour les 150 ans du diocèse. Donc c’était un gros truc et il y avait des jeunes, et une fille en particulier, Marie, qui était
animatrice chez les scouts. Et, bon, peut-être que parce qu’elle était jolie, je ne sais pas, je suis arrivé chez les scouts, plus exactement aux louveteaux et jeannettes, c’était en 2006.
Alors, je me suis éclaté dans l’animation, partir dans des imaginaires, me déguiser. J’étais avant tout animateur pour les enfants, le côté scout, à la vérité m’intéressais moins, j’avais même refusé d’aller participer à un grand rassemblement Jamboree,(ce que je regrette
maintenant).
Petit à petit à Laval, j’ai découvert plus en profondeur le mouvement, l’envie de transmettre certaines valeurs, le respect de la nature, la tolérance, la solidarité, la spiritualité, et ça, on ne le retrouve pas en colonie de vacances.
C’est devenu un des aspects fondamentaux pour moi aux scouts, l’apprentissage de valeurs par le jeu. Et là, j’ai décidé de passer mon bafa ; Je suis allé le faire à Jambville, la capitale du scoutisme français, un peu au nord de Paris, un château dans un parc immense. Et là, j’ai pris
une immense claque, que le scoutisme c’est vraiment un mouvement national, on était vraiment beaucoup à partager les mêmes choses.
A l’époque, j’étais en prépa maths sup maths spé et je dois dire que cela m’a un peu maintenu en vie de voir ces jeunes avec la pêche. Faire partie d’une maîtrise c’était comme une grande famille aussi, je dois à mes co-chefs mes premières sorties en boîtes, soirées dans les bars. On
se voyait pas seulement au local. On était potes à l’extérieur et bien ancré dans le monde actuel.
Et puis je suis arrivé à Grenoble, je ne connaissais personne, je me suis dit que les scouts
c’était fini pour moi, et ben, non ! J’ai rencontré Aurélie, encore une histoire de filles… elle avait l’air sympa cette fille et je me suis retrouvé au groupe Saint Jean. Avec les louveteaux, je n’avais plus ici la seule motivation de l’animation mais aussi de transmettre les valeurs du
scoutisme, de donner cette passion que j’avais tissée petit à petit.
En plus, voir les compas faire des projets de fous, l’Afrique pour mes copains de Laval, ici le Vietnam ou le Pérou…
Alors, quand j’ai vu passer la pub du Roverway, rassemblement du scoutisme mondial en Islande, je me suis tout de suite renseigné !
Malgré le prix de l’avion, avec Ségo, une chef jeannette, j’y ai cru et j’y suis allé cet été. Je me suis retrouvé dans une équipe géniale, « la pérouze » avec des JEM de Grenoble et des compas de Lyon. On a même écrit et enregistré ce qui est devenu l’hymne national français
du Roverway.
C’était mon premier rassemblement scout, avec 3000 personnes, j’ai répondu à l’appel du scoutisme mondial. J’ai pu échanger avec des scouts de partout et ça c’est inoubliable, on a tous les mêmes envies, cette volonté d’un monde un peu meilleur !
Alors, voilà mon parcours et voilà pourquoi je m’engage.
Je m’engage pour ces jeunes, pour animer, éduquer, construire leur personnalité
Je m’engage pour ces valeurs de tolérance de solidarité, de paix de respect de la nature
Je m’engage pour le scoutisme mondial, on n’est pas tout seul, on est des milliers
Je m’engage aux côtés de Dieu
Je m’engage dans ce monde et à croire en un monde un peu meilleur
Ce n’est pas un engagement physique, je ne serai pas chef toute ma vie, mais c’est un engagement moral, je suis scout de coeur et je resterai toute ma vie scout de coeur !


Timothée De Goussencourt, Saint Hugues de Chartreuse, le 20 septembre 2009
Engagement de Timothee D 2009

Engagement de Marie 2009

Quand on est (tout) petit, on tombe dedans. D’abord on trouve cela beau, toutes ces couleurs mais on ne sait pas encore ce que cela veut dire. Puis on se dit, un jour moi aussi je serai guide puis caravelle. (Chef, au début, on n’y pense pas trop, ça paraît tellement loin .)
Aux jeannettes, j’aimais les grand jeux, les camps et surtout retrouver les copines.
Aux guides, j’ai découvert les explos. Je me rappelle que je me sentais très forte dans ma chemise bleue avec mes amies.
La première fois que je me suis vraiment engagée, c’était aux caras. J’avais déjà fait mes promesses jeannette et guide mais celle des caras me semblait plus importante. J’assumais pleinement le fait d’être scout aux yeux du monde et je marquais mon attachement aux valeurs du scoutisme. Pleine de rêves, de projets et prête à faire tomber toutes les barrières, je suis devenue Jeune en marche. Cette fois-ci, je m’engageais pour les autres.
Toutes mes années de scoutisme m’ont donnée l’espérance d’un monde meilleur, elles m’ont appris comment être utile et participer à l’invention de ce monde auquel je rêve.
Les scouts m’ont offert des projets, des aventures, quelques prises de tête aussi mais qui se sont toujours bien finies, des milliers de fous rires, et surtout des rencontres et des amitiés éternelles. En m’engageant comme cheftaine, c’est cela que je souhaite partager avec les jeunes.
C’est probablement le dernier engagement scout que je prends, mais les valeurs su scoutisme continueront d’habiter mes choix et mes actions, j’espère, tout au long de ma vie.

Marie Gaillard, le 20 septembre 2009, saint Hugues de Chartreuse.
Engagement de Marie 2009